LA LLORONA

LA LLORONA
Poème chorégraphique

Le spectacle Conçu comme un Poème chorégraphique, LA LLORONA (la pleureuse) invoque la passion débordante de Frida Kahlo en prenant pour appui une lettre adressée à Diego Rivera. Niki Noves a élaboré ce spectacle avec la complicité de la comédienne et danseuse Lalao Pham van Xua, pour nous donner une lecture de cette missive toute en fougue et en frénésie.

Avec : Lalao Pham Van Xua
Création chorégraphique & conception : Niki Noves
Création musicale : Jéremie Lapeyre & Vincent Gestermann
Création costume : Eymeric François
Création lumière : Niki Noves & Rares Uglean
Durée : 30 minutes

note d’intention
Pourquoi Frida Kahlo ? Parce qu’elle a su faire de sa vie un destin, de sa souffrance une force. Et puis il y a le Corps. Corps Brisé. Corps ennemi. Corps emprisonné. Martyrisé. Mais corps créateur et musé. Nombreux sont ceux qui se reconnaissent en elle parce qu’il existe différentes façons d’interpréter sa vie et ses oeuvres. Elle touche un très large public atteignant même un statut d’icône. Nous avons abordé ses nombreuses facettes, parcouru sa vie, son œuvre, ses écrits. Nous nous sommes identifiés à sa volonté de transcender son art pour mieux vaincre ses souffrances. En pensant Frida, nous avons voulu nous concentrer sur ses émotions, ses sentiments et sa fougue créatrice, que nous avons voulu danser, pour mieux les revivre et les transmettre. A travers elle, et ce que son oeuvre nous inspire, nous parlons aussi et surtout d’amour et de passion. Nous touchons à la douleur qu’engendrent inévitablement de tels sentiments, mais toujours avec en écho, ce cri d’espoir qui n’a jamais quitté l’artiste : « VIVA LA VIDA ».

recherche chorégraphique « J’explore plus particulièrement la variété des énergies et le rapport du mouvement à l’espace. Espaces rêvés par l’image, espaces créés par la matière costume, comme exploration de l’être. La recherche chorégraphique s’articule entièrement autour de la robe. Cette robe qui interroge et qui fascine par ses réactions presque vivantes, guide le mouvement, nous permettant des transformations successives d’états, d’apparences, et d’illusions. Transcendant le corps emprisonné de l’artiste, la pièce nous emporte dans un élan vital d’une danse effrénée, où la tension augmente le rythme et où le mouvement s’intensifie sans cesse jusqu’à l’essoufflement.» Niki Noves

note de l’interprète « À travers le personnage de Frida, je ressens une force sauvage qui existe dans toutes les femmes. La Llorona est pour moi cette pleureuse remplie de douceur et de rage, profondément triste mais animée par un violent désir d’avancer. Ou par un violent désir tout court. Elle en brûle. Elle émane à la fois un feu puissant et une fragilité à fleur de peau. Elle a un fou besoin de rire, de jouer, de provoquer. C’est son bouclier face au monde. Attachée physiquement par son propre corps brisé, elle court les pieds cloués au sol, les jambes libres, son buste figé. Le désir. La passion. Je touche la douleur de l’amour obsessionnel pour un homme volage, je vis le mot éperdument. Vomir ses tripes par amour, attendre qu’il vienne, se réfugier dans la représentation sur papier, y mettre de la couleur et s’y perdre avec délice. C’est bon. Tenir debout. Se sentir pleine. Invincible. » Lalao Pham van Xua