Les Cryptides, Paris

29/11/2010 Théâtre musical du Marsoulan, 21:00
LES CRYPTIDES
de Niki Noves
Avec : Aurélie Déconchas, Niki Noves, Léonore Zurfluh
Musiques : Murcof, Sufjan Stevens,  Patrick Watson

 » Ouverture du rideau, l’espace est sombre. Nous devinons l’ombre des cryptides à peine sortis de leur chrysalide au travers des lueurs colorées qui apparaissent sur leur peau, telles des trous lumineux. Ils sont d’apparence humaine mais se tiennent d’une manière différente, étrangère, comme s’ils marchaient pour la première fois…Etres androgynes, faits d’ombres et de lumières, presque effrayants comme tout ce qui est étranger, inconnu, peut intimider souvent et impressionner parfois…Leurs doigts ne cessent de bouger, les yeux sont écarquillés. Ils se tiennent droit ou se disloquent, allongés, prenant ainsi, comme disait Platon, la ligne de l’horizon de l’âme, ou debout, mobiles ou immobiles. Ils se rejoignent ensuite les uns les autres et se dirigent vers nous, de l’autre côté, sur l’autre rive, témoins d’un monde inconnu qui s’éveille, se révèle et dans lequel ces cryptides ou ces êtres cryptés vont évoluer, passant par des étapes très différentes les unes des autres. Ils découvrent alors ce monde nouveau, se découvrent eux-mêmes et ce qui les entoure, ils apprivoisent le temps, l’espace et la matière. Peu à peu, comme en apesanteur au-dessus de nos têtes et soutenu dans le silence de notre écho, un pont se dessine entre ces créatures volontairement inconnues encore de l’humanité et nous, entre leur monde et le nôtre, comme la promesse d’une rencontre, d’un voyage de l’ombre vers la lumière… «